img_4254 img_4254

Je suis différent comme tout le monde


Créé en partenariat avec l’Association des Paralysés de France (APF), délégation d’Ille et Vilaine, « Je suis différent comme tout le monde » est un spectacle de théâtre forum construit à partir des témoignages de personnes en situation de handicap.

Trois thématiques sont proposés :

La première scène, « Benoît », présente un jeune qui rencontre des difficultés à marcher et qui est, lors d’une première séquence, bousculé par un des élèves de sa classe. Celui-ci utilise Benoît pour se faire valoir auprès de sa copine. Dans la deuxième séquence, Benoît est en classe. Il est interrogé et doit venir résoudre un problème de mathématiques au tableau ce qui occasionne pour lui un grand sentiment de stress, augmenté par les moqueries d’un élève. Dans la troisième séquence, Benoît est en cours de sport. Son professeur accumule les maladresses à son égard. Enfin, dans la quatrième séquence, Benoît a rendez-vous avec un de ses professeurs qui souhaitent s’entretenir avec lui. Il surprend une conversation entre l’enseignant et un de ses collègues où il est l’objet de railleries.

La seconde scène, « Monsieur Martin », présente un personnage en situation de handicap moteur. Il a rendez-vous à l’hôpital pour traiter un mal de dos. Le médecin a des difficultés a ausculter Monsieur Martin car rien n’a été prévu pour le mettre sur la table d’auscultation. Après un bon nombre de maladresses, le médecin explique qu’il n’a plus le temps de s’occuper de Monsieur Martin et lui conseille de prendre un autre rendez-vous en n’omettant pas de prévenir le secrétariat de réserver un lève personne pour pouvoir le diagnostiquer. Monsieur Martin n’est pas d’accord mais personne ne l’entend. Il fait part de son envie d’aller aux toilettes, le médecin, pressé, l’envoie balader. Un brancardier le conduit tout de même dans des toilettes, inexploitables avec un fauteuil roulant. Monsieur Martin, n’en pouvant plus, se retrouve dans l’obligation de faire ses besoins dans un couloir de l’hôpital.
La troisième scène, « Le voyage à Paris », présente lors de la première séquence, une jeune fille qui demande à son père de l’emmener à la gare pour prendre le train pour Paris. Son père refuse, prétextant qu’il est fatigué et qu’il souhaite la responsabiliser. La jeune fille tente donc de prendre sa voiture mais un automobiliste s’est garé trop près de l’accès conducteur et la jeune femme ne peut passer avec son fauteuil pour y accéder. Elle tente d’appeler son père puis croise un policier qui essaye de se débarrasser d’elle et la laisse désemparée. Arrivée finalement à la gare, elle ne trouve personne pour l’aider à monter dans le train. Elle interpelle un contrôleur qui lui explique qu’un dimanche, sans avoir prévu à l’avance, il lui est impossible d’abandonner son poste pour l’aider à monter dans le train, la laissant sur le quai, désemparée.