2 2

Dom Juan (création 2017)

Molière


Et si pour répondre au tourment et au drame il y avait le rire et la beauté ?

Notre Dom Juan est énergique, virevoltant, tantôt léger comme la jeunesse, tantôt profond… profondément actuel !
Accompagnez nos comédiens qui redécouvrent avec vous cette pièce de Molière, une des plus contestées à sa création et pourtant si riche de sens aujourd’hui.
Laissezvous séduire par l’énergie de ces six artistes, six personnalités marquantes dans leurs singularités.

Dans un univers steampunk/gothique, six artistes, une femme et cinq hommes, interprètent cette comédie dramatique avec force et dynamisme.
Incarné par un comédien de 24 ans, en hommage à La Grange qui créa le rôle dans la troupe de Molière à l’âge de 26 ans, notre Dom Juan livre toute la fougue de sa jeunesse et met son énergie et son insolence au service du personnage mythique de Molière. Face à un Sganarelle protecteur et désopilant, ce jeune Dom Juan se révèle tour à tour espiègle, clown tragique, garnement infernal et séducteur en diable.
Le musicien Simon Le Quellec accompagne les comédiens sur des rythmes résolument rock et crée, en live, l’univers sonore nécessaire à ce spectacle de machinerie.

 

Note d’intention du metteur en scène

De la farce à la tragédie
Se sentir exister dans le regard de l’autre ? N’est-ce pas la première motivation de Dom Juan, son obsession ? Un besoin de se sentir exister, sans cesse renouvelé, dans les bras
d’une nouvelle conquête. Mais Dom Juan peut-il être résumé à son besoin de séduction ? Dom Juan n’est-il pas aussi un révolté ? Un jeune homme refusant les conventions sociales,
l’ordre établi, désireux de bousculer les certitudes ?
Inspiré par le travail de Vincent Macaigne avec les comédiens du Français, les réflexions de Louis Jouvet sur le choix proposé à l’Homme, je souhaite renouer avec l’esprit de la
farce, si cher à Molière, pour glisser progressivement vers la tragédie. En faire un spectacle résolument moderne, permettre au public de se reconnaître dans les paradoxes de
Dom Juan, de devenir un spectateur privilégié, de se mettre à distance de soi pour interroger le sens donné à sa vie…
Avec le souci permanent du rythme, de l’énergie, de l’incarnation de ce qui est vécu sur scène ; un hommage aux spectacles qui m’ont touché : Les Fourberies de Scapin, mise
en scène par Laurent Brethome, Ubu Roi, mis en scène par Declan Donnellan…

Hervé Richardot

 

Note d’intention musicale

Bien qu’issu d’une famille de comédiens, je me suis passionné depuis l’enfance pour la musique, ce langage universel à la fois si complexe, si riche et si instantané.

Aussi, lorsque Hervé Richardot m’a proposé d’accompagner et d’illustrer sa vision de Dom Juan, j’ai relevé le défi avec enthousiasme !

Avec pour seules contraintes d’utiliser un instrument unique (la guitare ; électrique ou acoustique) et une seule gamme (le Ré), je participe à élaborer une interprétation résolument moderne de ce grand classique. Mais avant tout, je prends grand plaisir à suivre en direct ces magnifiques acteurs et toutes les nuances de ce texte puissant, en sautant sans vergogne de la bourrée campagnarde au blues, et de la valse décadente au punk rock endiablé…

Simon Le Quellec